Miss météo

Dommage que toute cette pluie, recue depuis 48 heures sur une bonne partie du Québec, ne soit pas tombée en neige. Au moins, on pourrait penser à chausser nos skis, nos raquettes et en profiter plus tôt. J’aime la neige. Un peu moins le froid. Par contre, quand on est habillé convenablement une belle journée au grand air frais (et froid) fait du bien. On dort bien quand vient le temps du dodo.

Et dire que pendant ce temps l’Europe se perd dans cette poudre blanche!

Miss météo fait encore des siennes. Est-ce que c’est cela qu’on nomme changement climatique?

Les jumeaux de la Diva

Ce n’est plus un secret! Céline a accouché, plus tôt que prévu, de deux garçons: Nelson et Eddy…

Ouach! Qui a eu l’idée de les nommer Nelson et Eddy? Je sais que lorsque Céline a rencontré Nelson Mandela elle a été très impressionnée. Je sais qu’Eddy Marnay lui a écrit ses premiers succès. Mais quand même! Elle et René auraient pu ajouter ces prénoms sur les certificats de naissance sans qu’ils ne deviennent les prénoms de tous les jours. Mais qui suis-je pour juger de la beauté d’un prénom?

Ne reste plus qu’à espérer que grand-papa René voit grandir ses enfants…

Les nouveaux parents

La mode à Véro

Le saviez-vous? Notre Véro nationale se lance dans la mode.

Véronique Cloutier fait maintenant dans les vêtements. En fait, la collection est inspirée de sa garde-robe personnelle, de ce qu’elle porte au quotidien: des chemises toutes simples, des jeans près du corps, un cardigan à moduler de mille façons, de jolies petites tenues pour traîner chez soi (des vêtements moux comme elle les appelle). En résumé, tout ce dont une femme active et mère de famille rêve d’avoir sous la main en tout temps: des vêtements pratiques et confortables. Derrière ces 43 morceaux qui forment la collection jusqu’à maintenant, on retrouve la designer Chloé Mérineau.

Les vêtements sont disponibles à L’Aubenerie. Tous à moins de 30$. Véronique Cloutier a plus d’une corde à son violon. Brav!. Mais dites-moi, avec une émission de radio, une de tivi, un chum, 3 enfants et tout le reste, est-ce qu’elle prend le temps de dormir des fois?

Image de L’Aubenerie



Chronique d’une ménagère

Un petit coup d’aspirateur quelqu’un?

En visite chez une amie l’autre jour, je fais le commentaire sur la propreté des fenêtres. Tellement propre, qu’on avait l’impression qu’il n’y avait pas de fenêtre.

Je lui demande son truc. Là, elle me montre une bouteille qui deviendra ma meilleure amie. Prolav Brille.

De retour dans mon coin, j’arrête au Zellers (aussi disponible, entre-autre, chez Jean Coutu) acheter une bouteille de cette formule magique. Je vous le dis, pour moi, ce produit est magique. Je ne suis pas la plus grande laveuse de fenêtres. J’haïs ça. C’est long et le résultat n’est jamais très beau. Faites-moi laver un plancher à la brosse à dent, mais épargnez-moi le lavage de fenêtres. Mais maintenant, ma vie vient de changer!

Je suis partie banane après ma première fenêtre. Voilà, que chez-moi j’avais aussi l’impresssion de ne pas avoir de verre dans le cadrage de la fenêtre. Oubliez tous les autres produits qui laissent des marques dans les coins. J’ai presque aimé laver les fenêtres (je dis bien presque). De plus, ce produit est biodégradable et fait ici. Il y a de quoi être fier! La compagnie derrière ce petit miracle est aussi derrière la marque Bio-Vert. Je n’ai jamais utilisé ces produits, mais la prochaine fois que j’aurai à acheter un nettoyant, j’en ferai l’essai. Ils ont gagné mon coeur de ménagère avec Prolav Brille!

Le produit est un peu cher à l’achat, mais il ne faut pas oublié qu’il est concentré et qu’un tout petit bouchon de 5 ml dilué dans 2 litres d’eau pour faire briller les fenêtres est presque donné. J’ai aussi fait briller la robineterie de la salle de bain. Selon eux, c’est aussi bon pour redonner un éclat au plancher de bois franc…qu’est-ce que vous pensez que je vais faire en fin de semaine? Mettre cette affirmation à l’érpeuve sapristi! Je vous redonne des nouvelles. 

Une chose est certaine, je n’attendrai pas à l’automne prochain pour faire entrer le soleil dans la maison.

Vocation: enseignant

Pour vous mettre en contexte: je suis une ex-prof. En 2000-2001, j’ai enseigné à un groupe de jeunes de 5e année. Des enfants de 10-11 ans qui m’ont fait vivre des moments inoubliables. Des instants de bonheur, de rire, de beaux souvenirs. Une belle année scolaire. J’ai gardé contact avec une des élèves. Elle est maintenant en deuxième année à l’université. Cette semaine, elle m’a fait parvenir un article de journal en me disant qu’elle a pensé à moi en le lisant.

Je vous invite à le lire. D’ailleurs, il devrait être obligatoire que chaque adulte en prenne connaissance. J’aimais beaucoup l’enseignement. J’étais une bonne prof (je le dis en toute humilité). J’aimais l’odeur particulière qu’on retrouve dans une école. J’avais pas de problème avec le fait d’avoir les mains sèches à cause de la craie à tableau. J’avais aucun problème avec les réunions après les heures de classe ou les rencontres de parents.

Alors, pourquoi avoir quitté l’enseignement? À cause des parents. Ceux qui remettaient en cause mes observations. À qui je disais que leur petit chéri avait des difficultés académiques, ou des problèmes de concentration, ou qu’il devrait apprendre à s’affirmer plus. Ces mêmes parents qui me répondaient que je ne savais pas de quoi je parlais. Que tout allait bien.

Quand vous allez chez le médecin parce que vous avez mal à une oreille et que ce dernier vous dit que c’est une infection, est-ce que vous lui dites qu’il ne connait pas son métier? Il faut dire aussi que la réforme qui entrait doucement dans les écoles du Québec ne me plaisait pas. Malgré mon jeune âge, je suis de la vieille école; des notes, des pourcentages, des dictées, des combats de tables, des périodes de lecture quotidiennes et des sorties extérieures improvisées à la fin de la journée où les enfants ont particulièrement bien travaillé.

Un mort qui n’est pas mort!

C’est ce qui arrive quand la gloire à la nouvelle est trop grande. Quand on veut être le premier à annoncer un scoop. Mais l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours, c’est pas juste une histoire. Il faut vérifier.

Grande nouvelle qui n’en est pas une. L’ancien coach des canadiens de Montréal serait décédé dans les dernières heures. On le savait malade. Un cancer qui le ronge depuis quelques années. TSN serait le premier média à avoir sorti la nouvelle. Mais voilà que la nouvelle est fausse.

Le Coach n’est pas mort. Pas fort. Mais pas mort!

C’est Pat Burns lui-même qui aurait contacté la chaîne de tivi spécialisée dans les sports (pas dans les nouvelles) qui aurait annoncé sur les fils de presse cette triste dépêche.

Rien ne justifiait l’urgence d’annoncer la mort de M. Burns. Quelqu’un aurait dû vérifier à la source. Attendre que la famille émette un communiqué. Il y a des nouvelles qui méritent qu’on s’arrête 30 secondes pour valider. La mort d’un homme est est une. L’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours!

Mes sympathies à Pat Burns et sa famille… 

Qui veut être millionaire?

Quelle question stupide! Je ne connais pas personne qui n’aimerait pas mettre la main sur quelques dollars. Moi la première.

Vous me direz qu’un million y a pas de quoi fouetter un chat. Pas de quoi prendre une retraite anticipée. Pas de quoi faire de nounouneries. Mais ce vendredi, la cagnotte du LotoMax de Loto-Québec est de 50 millions + 26 tirages de 1 million. WOW et re-WOW. Avec 50 millions, là il est permis de se retraiter et de faire quelques follies. Mais pour être bien hônnete, je ne dirais pas non même à un seul des tirages bonis. Je serai sage dans mes dépenses.

Vous savez quelles sont vos chances de gagner 50 millions à ce tirage? 1 sur 29 millions. Aussi bien me tenir debout sous l’orage avec un parapluie à la main et attendre que la foudre me frappe… j’aurais certainement plus de chance. Malgré tout, je ferai comme des milliers de personnes et j’achèterai un billet (certains appellent ça une taxe déguisée) parce que rêver ne coûte pas cher et que mon père m’a déjà dit que si je n’avais pas de rêve, je n’avais pas d’avenir… Laissez-moi vous dire que j’ai BEAUCOUP d’avenir!

Gagnez à la lotto ça change pas le monde sauf que…

Bonne chance, mais ne vous donnez pas la peine d’acheter un billet, j’ai déjà le billet gagnant en ma possession.